Bordeaux à vivre, partie II

Publié le par charlimagine

Apprendre la jungle urbaine
Partie II
 
Bordeaux, une ville à vivre
 
 
 
J’ai vécu la ville comme une expérience : Loin de tous repères, j’ai du m’adapter : Aux couleurs ternes et grises, aux odeurs âpres et suffocantes, aux espaces étriqués de rues longilignes…Tout ce que je ré pulsais et que jusque là j’avais su éviter.
 
 
Pourtant, la ville, Bordeaux, la grande renaissante, aussi froide et inquiétante qu’elle me paraissait a su me séduire :
-          Ses rues animées  où l’on peut flâner de boutique en boutique…En évitant le raz de marée humain du samedi après-midi
 
Incontournable rue Sainte Catherine, 1,5km de rue commerçante pietonne joignant la place de la Victoire, siège des étudiants à cours de l’Intendance, haut lieu de mondanité, les boutiques se succèdent…Les prix croissants plus on s’approche de l’Opéra ! Glissant, le récent dallage de la rue, doit être sablé à la moindre pluie pour éviter à ces gentes dames de ne pas tomber sur leur séant du haut de leurs talons !
 
-          Ses ruelles intimes, elles regorgent d’escarcelles d’artisans, artistes, créateurs
 
Coup de cœur pour la boutique « Jolie môme », rue du Pas Saint Georges
« L’antre du dragon », rue du loup pour y trouver Comics & mangas et surtout scenarii de jeu de rôles
« Couleurs du temps » riche papeterie-carterie, encore rue du loup !
 
 
-          Ses petits restaurants de saveurs du monde, en concepts originaux sans pour autant vider sa bourse pour se remplir la panse !
 
Chez Auguste, bar de la Victoire...où ma soeur et moi échouions souvent lors de notre 1ère année bordelaise
 
Quelques adresses
 « Cassolette café », cuisine familiale, budget raisonnable…On coche ses plats sur une fiche et on nous les sert sur une truelle de maçon dans des cassolettes de terre cuite : Entre amis ou entre collègues, une pause sympathique !
« Chez les ploucs 1&2 », décor vieille ferme, paille au sol, nappe à carreaux, service en bleu de travail…en plein cœur de Bordeaux !
« Le Bodega », bar à tapas…Il ne faut pas y aller en ayant une grosse faim mais quelle ambiance ! salsa et mambo au rendez-vous.
« Pub Dick Turpin’s » une petite ambiance british dans ce coin du sud ouest : Bières et cidre pression, frites au vinaigre et jeu de fléchettes : On s’y croirait !
« L’escorial » 31 rue des augustins, menu tapas fort copieux, paella généreuse
 
-          Son architecture riche, son climat doux, l’immense esplanade des Quinconces offrant une perspective salvatrice sur la Garonne.
 
 rayon de soleil et pluie réunis sur une même photo résume bien le climat de la ville
Le croiseur Colbert, retraité de la marine offre pour les touristes une longue visite à son bord
 
Le pont de Pierre offre désormais une vue magnifique sur la Bourse maritime...qu'un miroir d'eau reflète depuis cette année!
 
 Fontaine richement sculptée place des quinconces
 
Théâtre de Guignol, pause buccolique dans le jardin botanique
 
Vivre en ville, c’est faire l’expérience de la frénésie du shopping, l’insouciance des soirées étudiantes, l’accès facile au théâtre et aux cinémas…Un art de vivre palpitant que les murs d’un 36 m2 doivent inexorablement contenir …Les piaillements des mésanges et autres pinsons me manquaient, j’entendais juste le roucoulement des pigeons gras et indolents…Le soleil avait déjà disparu derrière les toits tandis qu’aujourd’hui, je le vois étreindre les champs embrassant la nuit d’un dernier bain de lumière.
 

Publié dans D'ici ou d'ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article