Fidèle à mes c********

Publié le par charlimagine



Souvenez-vous, dans l'article "hymne de ma campagne", je m'étais aventurée à vous conter ô combien les routes sinueuses de mon coin de verdure regorgeaient de surprises...QUelques mois et un déménagement plus tard, le macadam venablois n'a pas tardé à me faire vivre une palpitante rencontre...

Récit.

Lasse d'une répétition théâtre fastidieuse, je reprends la route, l'autoradio braille  "La France qui se lève tôt, la France qui se lève tard..." quand, à trois kilomètres de l'arrivée, un chien surgit des champs...Là, au milieu de rien, il erre, renifle, gambade.

Je devrais cesser de prendre cette vilaine habitude , mais je m'arrête (j'ai déjà fait le coup avec un renard...alors pensez bien que ce n'est pas un chien qui allait m'impressioner) Je bave  à l'idée d'avoir enfin un , à moi, rien qu'à moi. Je baisse ma vitre et appèle la brave bête.  Frétillante, elle ne tarde pas à venir et me dévorer d'un délicieux regard. "Ouhhh là, c'est un chien mais pas n'importe quel chien...un pitt bull ou du moins un american staff" j'ai à peine le temps de réaliser l'inconscience de mon acte que déjà l'animal saute et se retrouve sur mes genoux. De surprise, je le jette aussitôt dehors, il se vautre au sol renaclant bruyamment. Prise de remords, je sors de la voiture afin de m'assurer qu'il n'a pas eu mal. Tout va bien, au contraire, sa tête vient se frotter contre mes mains, implorant des caresses, la queue frappe le bitume de contentement. J'avoue, je craque, et reste là quelques minutes à le papouiller.

Là, gagattant gravement, j'hésite...Est-ce bien raisonnable? Mais que fait-il là? Abandonné? L'absence de tatouage et la présence de ses virils attributs corroborent l'hypothèse...Vite fait j'élabore le scenario du  propriétaire inconscient qui s'est retrouvé face à une bête qu'il ne savait pas gérer choisissant de s'en séparer  peu scrupuleusement sur le bord de route...Oui, oui, l'idée est séduisante. D'ailleurs je remonte en voiture, ouvre la porte passager à cette pauvre bête délaissée..."T'inquiètes, lui dis-je le coeur palpitant, je saurai t'aimer moi" (quelle présomptueuse je fais...!)

Sur les quelques kilomètres qui me séparent de l'appartement, dans un baillement, je découvre l'étendue de la gueule de mon invité. Mon coeur se contracte un instant, je chasse aussitôt de mon esprit le sordide fait divers que cela pourrait donner "une conductrice  inconsciente dévorée par un chien fou".

Une fois la voiture stationnée,par prudence (oui...oui, ca m'arrive d'y penser)  il me faut une laisse,  je traverse donc l'habitacle pour récupérer le licol de Jazz... Je maugrée d'avoir un cheval qui ne cesse de péter les boucles métalliques me forçant à faire un noeud pour boucler la longe...Enfin elle cède. Passée autour du cou, voilà un collier et une laisse improvisée. Ainsi harnachée, la brave bête me suit. Obéissante, elle patiente quand je lutte avec mon trousseau de clés. Ca y est, enfin rendu!

* ah oui...le chat...euh...Ah....euh...j'espère que ca va le faire, Commençons par les présentations*. Basile qui jusque là vautré sur la couette, les pupilles dilatés, se gonfle.  Hirsute, il n'a pas l'air d'apprécier ma "petite surprise". Il finira par se planquer sous le lit. Mon hôte quant à lui semble totalement indifférent et n'a de cesse de se tortiller dans tous les sens pour que je daigne le caresser.

"Bon...ben ...voilà...j'ai un chien...". C'est maintenant que je me pose des tonnes de questions. N'ai je pas agi trop vite? Est-ce bien prudent? Est ce bien le moment? Et le stériliser...avec tous les frais qui s'accumulent ces temps-ci rhmmm* Et Basile, va-t-il le supporter? *Et au fait, j'ai rien pour le nourrir...Et je bosse demain toute la journée*...

Ah oui...J'oublie à chaque fois "Réfléchis avant d'agir"...TROP TARD!


Je me connecte à internet pour faire quelques recherches...Il s'agit d'un american staff, la stérilisation n'est pas obligatoire, mais la déclaration en mairie l'est...Le doute s'installe, mon scenario de départ se prend une vilaine claque quand je constate que le clébard "incontrolable" de mes pensées obéit à tous mes ordres ...*Hmmm, tu parles d'une bête abandonnée. Finalement, il s'agit peut etre que d'un fugueur...Et le pauvre propriétaire, inquiet  qui doit le chercher...Je suis donc une voleuse de chien...OUlalaaa *

Demi tour, je remets le toutou dans la voiture et entreprends un tour du village voisin pour retrouver son maitre...Car il faut bien  se rendre à l'évidence, pépère est trop bien éduqué pour avoir été abandonné...Alors me voilà à tourner dans le patelin à l'affût... Mais à 22h...Pas un chat...(non juste un chien... dans ma voiture :) )Alors, à contre coeur, je relâche l'animal là où je l'ai trouvé...Indécise, arrêtée au milieu de la route, je supplie Dieu ou la chance afin qu'il rentre chez lui...Tourmentée, je suis à deux doigts de le refaire regrimper dans la voiture quand un véhicule arrive derrière. Le saint père m'aurait-il entendu? J'en doute mais bon, toujours est-il qu'un couple  en sort   et appèle "mon gros...bah alors où tu étais passé...?" Ces braves gens  me confient que ca fait une heure et demi qu'ils sont à sa recherche, je n'ai pas le temps de conter mon aventure que déjà ils repartent me remerciant...me remercier de quoi? De m'être arrêter...alors que j'ai bien failli leur subtiliser leur "fidèle" ami. Honte sur moi.



Déçue ou soulagée, je ne sais pas, mais ce soir là, j'ai fait un gros calin à Basile, avant de m'endormir berçée par ses ronrons.

Publié dans D'ici ou d'ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Incorrigible ! incorrigible Charlotte  ...Bon la prochaine fois : "rencontre avec un sanglier" ... alors méfie-toi, même si les caresses ça va de soie ...Grosses Bises de tes parents qui t'aiment très fort
Répondre